Whiplash 7,5/10

Whip1 1

Avez-vous déjà regardé des films de musique ou sport du genre "success story"? (Step up, Hit Girl, Invincible, et les milliers de mangas du même genre). Ces "feel good movies" nous inspirent, nous donnent envie de poursuivre nos rêves, nous remplissent de joie et d'exultation lors du spectacle final ! Quitte à en faire trois tonnes. Quitte à nous offrir un scénario remâché des millions de fois (de toute façon on les aime quand même). Vous voyez de quel genre de films je veux parler?
Bah, Whiplash, c'est pas ça !

Je suis allée voir ce film au cinéma lors des vacances du Nouvel An chinois. Le quartier était bondé, les restaurants étaient pris d’assaut, les longues files d'attente sortaient de chaque porte. Heureusement, nous avions réservé nos tickets, et nous avions une demi-heure d'avance. Nous avons donc décidé d'aller nous acheter quelques boissons. Mais le magasin de thé était assailli par la nombreuse clientèle et nous avons dû attendre au moins 25 min pour recevoir notre commande, alors que 3min auraient fait l'affaire en temps normal (ne vous inquiétez pas, je viens au fait, monsieur le juge). Stressées, paniquées à l'idée de louper les premières minutes du film, nous avons couru avec précipitation et nous sommes quand même arrivées avec quelques minutes de retard. J'étais donc déjà agitée, le cœur battant la chamade, avant même de voir le film. Et ce dernier n'a rien fait pour arranger les choses.

A peine installée, je découvre le jeune Andrew (Miles Teller), un batteur de jazz qui étudie au Shaffer Conservatory de New York. Immédiatement, on comprend qu'il est plutôt doué mais qu'il attend sa chance de briller. Second batteur d'un groupe de jazz de l'école, il rêve d'intégrer le groupe du professeur Terence Fletcher qui a une excellente réputation et au long terme de devenir un batteur de légende. Quand se présente la chance inespérée de démontrer ses talents, il le fait avec brio et se voit offrir une place dans le groupe de Fletcher. Le premier jour, à l'arrivée du professeur, la tension dans la salle monte brusquement. Les musiciens préparent leurs instruments avec précipitation, se mettent en place, un silence de glace s'abbat sur la salle. La performance de JK Simmons est à couper le souffle (il n'a pas eu son oscar pour rien!). Sa simple présence donne des frissons et pèse sur notre estomac comme un bloc de ciment. Il en faut peu pour découvrir que ce vénérable professeur doit son succès à son perfectionnisme et sa tyrannie. Il n'hésite pas à la violence psychologique et physique pour briser ses élèves ou faire ressortir d'eux le meilleur. Entre admiration et haine, Andrew lutte avec acharnement pour dépasser ses limites, atteindre l'excellence et obtenir l'approbation de son tortionnaire.

Whip2

Pfiou ! Sérieusement, ne croyez pas une seule seconde que ce film a été fait pour nous faire du bien ! J'ai passé 1h47 (enfin, 1h43 plutôt) agrippée à mon siège, constamment tendue, j'en oubliais presque de respirer. Le cœur serré, le visage couvert régulièrement de larmes... je n'ai jamais autant transpiré devant un film ! Heureusement que ce n'était pas un rendez-vous amoureux ! Haha. En plus il m'a fallu ensuite au moins une heure pour digérer le film et l'évacuer de mon esprit. C'est vrai que je suis particulièrement sensible, mais le film a vraiment réussit à créer une tension constante du début à la fin et un dynamisme explosif entre les deux personnages centraux. On vibre avec Andrew, on souffre avec lui, on hurle avec lui... c'est une sacré expérience de cinéma !

Le film mérite tous ses oscars et ses nominations. Que ce soit le jeu d'acteur, le son, l'image, l'émotion... tout est au top-niveau !

Logo 2Je lui mets 7,5. C'est assez bas, j'en conviens, mais la raison c'est que je ne suis pas sûre d'avoir vraiment "passé un bon moment". Oui le film est génial et je pense qu'il faut absolument le voir ! Mais il est également émotionnellement très perturbant. Il me rappelle mes cours de lecture de presse (chinoise) à la fac, avec une prof qui nous hurlait dessus si on avait des difficultés à traduire le texte. J'avais l'estomac en compote et j'étais couverte de sueur froide. Et ce film m'a fait revivre les mêmes émotions x10 0000 ! Aurais-je envie de le voir à nouveau? Peut-être, mais à petite dose. Et pas tout de suite.


(Je vous conseille de regarder le film à sec sans voir la bande d'annonce, comme moi, car elle révèle des passages qui m'avaient vraiment surprise/choquée sur le coup... mais bon... je vous mets quand même la vidéo)

film américain oscars whiplash jazz JK Simmons

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.